Vos questions sont entre de bonnes mains

Suspension du permis de conduire

Partager
Envoyer par email

Une mesure de sûreté pour une période donnée.

En cas d'infraction grave au Code de la route ou de délit, le contrevenant peut être sanctionné par une suspension de son permis de conduire.

Suspension du permis de conduire : principe

Annulation permis

Une suspension du permis de conduire est une mesure de sûreté qui consiste à interdire un contrevenant de conduire pendant une durée déterminée. Le conducteur peut donc récupérer son permis de conduire à l'issue de la durée de suspension.

Elle peut faire suite à une rétention du permis de conduire par les forces de l'ordre en cas de présomption de conduire sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants, qui ne peut dépasser 72 heures.

La suspension du permis de conduire peut être décidée par :

  • le préfet : on parle de suspension administrative ;
  • le tribunal : on parle de suspension judiciaire.

Récupérez vos points de permis

Suspension administrative du permis

Qu'est-ce que la suspension du permis de conduire administrative ? Pour quelles infractions peut-elle être décidée ? Quelle est sa durée ?

Qu'est-ce que c'est ?

La suspension administrative est une suspension immédiate et provisoire. Elle est décidée par le préfet du lieu de l'infraction en cas d'infraction grave au Code de la route.

Cette suspension est appliquée jusqu'au jugement de l'infraction par les tribunaux. Le tribunal peut alors prononcer :

  • un non-lieu pour la suspension ;
  • une peine de suspension plus courte ;
  • une peine supérieure.

Bon à savoir : l'arrêté de suspension du permis de conduire peut directement être remis par les forces de l'ordre ou être envoyé en lettre recommandée avec accusé de réception.

Pour quelles infractions ?

Le préfet peut ordonner une suspension du permis de conduire pour des infractions graves au Code de la route telles que :

  • excès de vitesse d'au moins 40 km/h par rapport à la vitesse maximale autorisée ;
  • non-respect d'un arrêt obligatoire :
    • priorité ;
    • stop ;
    • feu rouge ;
  • conduite sous l'emprise de l'alcool avec un taux supérieur ou égal à 0,8 gramme par litre de sang ;
  • refus de se soumettre à un dépistage de la consommation d'alcool ou de stupéfiants ;
  • délit de fuite ;
  • circulation en sens interdit sur autoroute ;
  • utilisation d'un détecteur de radar ;
  • défaut d'assurance...

Quelle est sa durée ?

La suspension du permis de conduire décidée par le préfet à un caractère provisoire, elle est donc fixée en général à 6 mois.

Cependant, elle peut être fixée à 1 an en cas de :

  • atteinte involontaire à la vie ou à l'intégrité de la personne susceptible d'entraîner une incapacité totale de travail ;
  • conduite sous l'emprise de l'alcool ;
  • délit de fuite.

Suspension du permis de conduire judiciaire

Qu'est-ce que la suspension du permis de conduire judiciaire ? Quand est-elle appliquée ? Quelle est sa durée ?

Qu'est-ce que c'est ?

La suspension judiciaire du permis de conduire est une sanction décidée par le juge en cas d'infraction grave ou de délit.

Cette suspension est décidée à l'issue d'une audience au tribunal de police ou au tribunal correctionnel en fonction de la gravité de l'infraction ou du délit.

Elle peut être prononcée à titre de sanction :

  • principale : le contrevenant ne sera sanctionné que par une suspension du permis de conduire ;
  • complémentaire : la suspension du permis de conduire est une sanction complémentaire à une amende par exemple ;
  • de substitution : la suspension du permis de conduire se substitue à une peine de prison. Ce type de sanction ne peut être prononcé que pour une infraction non routière, par exemple en cas de manquement à des obligations familiales.

Quand est-elle appliquée ?

Une suspension du permis de conduire judiciaire peut être appliquée en cas de différentes infractions et délits :

  • conduite sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants ;
  • conduite malgré une suspension ou une rétention du permis de conduire ;
  • délit de fuite ;
  • refus de restitution du permis de conduire après notification d'une décision de suspension ;
  • infraction portant atteinte involontaire à la vie ou à l'intégrité physique d'une personne ;
  • refus de se soumettre aux dépistages d'usage d'alcool ou de stupéfiants ;
  • excès de vitesse de plus de 30 km/h par rapport à la vitesse maximale autorisée.

Durée de la suspension du permis de conduire judiciaire

En général la durée de la suspension du permis de conduire judiciaire est fixée à 3 ans maximum, mais elle peut être fixée à 5 ans en cas d'homicide ou blessures involontaires.

Elle peut également être doublée en cas de :

  • délit de fuite ;
  • récidive ;
  • cumul d'infractions comme délit de fuite et conduite sous l'emprise de l'alcool.

Récupérez vos points de permis


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
maître yves pautte

avocat spécialiste droit travail /sécurité sociale | maître yves pautte, avocat à la cour de paris

Expert

aurore l

agent d'etat civil | mairie

Expert

gilbert s.

retraité de l'automobile

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Vous cherchez un stage de conduite ?

Récupérez vos points : trouvez un centre agréé près de chez vous, obtenez un devis gratuit et réservez une date.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

Avec notre newsletter hebdo, recevez enfin des réponses fiables à vos questions du quotidien dans votre boite aux lettres !

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.